Créer un compteCréer gratuitement un compte sur CLM 26 visiteur(s)  - 1 membre(s) 
les Récits : 100km de Millau : Mon 1er 100km
Posté le Samedi 29 octobre 2016 @ 00:27:55 par webmaster

marino écrit "

Un petit rappel des faits : 2015 devait être mon 1er 100km à Millau, en surfant sur mon méga-entraînement du Comrades marathon du mois de mai. Mais voilà, une tendinite provoquée par le port de semelles (*¤§#*¤§#...censure) m’a fait renoncer. J’ai pu néanmoins courir le marathon, en mode tranquille. Je reviendrai…

2016 : le retour :) J’ai longuement hésité à m’inscrire, car je n’ai plus l’entraînement béton de l’année dernière et un 100km fin septembre oblige à s’entraîner pendant les vacances. Pas top ça. Mais il y a aussi la perspective de la Diagonale des Fous en 2018 (avec Guillaume, Koos et qui veut) qui motive également. Il est temps de commencer à modifier les courses.

Je décide de courir deux marathons en août (ça rassure) et fin août, je m’inscris et commence à trembler :)

Le grand jour approche et quelques jours avant, Carole qui vient avec des amis me propose une partie du panier de son vélo pour ranger mes affaires, ainsi qu’une aide sur tout le parcours, en même temps qu’elle accompagnera une autre personne. Je n’avais pas prévu de suiveur, mais j’accepte avec plaisir.

Arrivée à Millau, je vois l’affiche de cette 45ème édition. La personne qui est en photo sur l’affiche a les mêmes chaussures que moi, mêmes couleurs… c’est sûrement un bon signe ça hein ? Je vais retirer mon dossard et pendant 2h, les questions et le doute s’installent. L’inconnu, ça fait un peu flipper. Je me remémore le Comrades et décide de me caler sur la même gestion de course. Côté chrono, d’abord le terminer et ensuite, si possible une arrivée avant minuit, soit 13h59 maxi. En-dessous, comme ça veut, mais vu le peu d’entraînement en côtes que j’ai, faut pas rêver. J’avais transposé mon temps du Comrades pour Millau, en comptabilisant les kms supplémentaires et j’arrive à une théorie approximative de 12h30. Impossible. Je trouve sur internet un site qui donne des temps de passage précis, je fais un beau travail manuel des temps de passage de 5km en 5km, je plastifie le tout et dans la poche. Un modèle sur 13h et un modèle sur 13h30. Et quand j’arrive aux dossards, je vois que les temps de passage déposés par les meneurs d’allure ne sont pas du tout les mêmes. Du coup, je fais quoi moi lol ?

Vendredi soir, Carole m’apprend qu’elle n’accompagnera que moi sur la distance. Après le marathon en duo l’année dernière, le binôme se reforme pour les 100km.

Samedi matin : rdv vers 8h30 au Parc de la Victoire. Je vois Jean-Michel Boiron pour qui c'est son 399ème 100km. Chapeau bas. Ensuite, je retrouve Tony, La Palmera, Doudou et Nanette, Aïolirun et toute sa famille, Lapinou et Jean-Louis. Quelques photos et je rejoins Carole en bas du parc de la Victoire, avant qu’elle ne parte au lieu de rdv de tous les suiveurs.

Tous les coureurs du marathon et du 100km se dirigent à pied vers la ligne de départ et à 10h, c'est parti pour une très longue ballade. Comme il va faire chaud, le débardeur sera suffisant et pour ce début de course, j'ai mis mes manchons du Comrades (hé hé). Ne pas aller trop vite, surtout ne pas se laisser emporter, doucement. J'avais prévu moins de 8km/h, mais j'ai du mal à les tenir. Je suis plutôt au-dessus. Je cours un peu avec Tony, Jean-Louis et Aïolirun, puis Calou qui arrive, mais je préfère ralentir, ils sont trop rapides.

Au 7ème km, je retrouve Carole et en avant. Nous connaissons le parcours du marathon pour l'avoir couru toutes les deux l'année dernière. La chaleur s'installe peu à peu et nous discutons. Nous courons quelques kms avec Jean-Michel, avec la séance papotage qui va avec. Les paysages sont toujours aussi beaux, tout va bien. Le semi-marathon est passé, nous revenons sur Millau. Les ravitos sont tous les 5km à peu près où on trouve du sucré, du salé, des sandwichs au pâté, au jambon, au roquefort. On ne risque pas d'avoir faim.

30ème, 40ème km et retour au parc de la Victoire où terminent les marathoniens. Je décide de marcher les derniers 500m, pour m’économiser. La course va maintenant commencer, avec son lot de grimpettes. Un petit tour dans Millau et direction Ste Affrique.

1ère « hostilité » : la montée de Raujolles vers le 47ème km (2.6km à 5,1 %), juste après la côte de Creissels en amuse-gueule. Je marche comme je marcherai dans toutes les côtes. Je le dis une fois, comme ça, je le note plus lol. Une vue magnifique sur le viaduc. Ensuite, la descente vers St Georges de Luzençon avec la photo au 50ème km. Dans la descente, comme dans toutes les descentes, j'essaie de « détendre mes muscles » comme je l'ai lu dans le livre de Rodgers. J'essaie aussi de détendre le haut du dos qui me fait déjà mal. Je cours donc très bizarrement, les bras le long du corps et je laisse mes jambes aller comme elles veulent. Je double pas mal de monde. Ce n'est pas du tout esthétique, mais efficace.

Après St Georges de Luzençon, un faux-plat qui nous mènera à St Rome de Cernon. Il fait bien chaud maintenant, j'en ai un peu marre de ne boire que de l'eau, donc je bois un peu de tout ce qu'il y a : eau gazeuse, coca coupé, orangina coupé, bière quelquefois. Côté alimentation, j'en ai assez du sucré, j'attaque donc plus sur le salé.

Arrive la fameuse côte de Tiergues, 4km à 4,8%. Je marche vite et suis surprise de dépasser des coureurs dans la côte. On est au 65ème km et j'ai un petit coup de moins bien. Pas physiquement, mais dans la tête. Je prends conscience qu'il reste beaucoup de kms et que la chaleur m'a un peu attaqué. Je n'ai plus envie de rien manger, mais pourtant, sans carburant dans la chaudière, ça ne le fera pas. C'est à ce ravito que je prendrai un peu de soupe, pour changer du sucré et du salé. Super bonne. Je ne sais pas les autres années, mais il y a eu quelques interventions des sapeurs pompiers pour des malaises ou chutes. Ça m’a donné des frissons quand j’en ai vu certains dans les vapes.

Nous repartons et là, descente jusqu'à Ste Affrique, 71ème km, 7,45km à 3,6 %. Avec mon allure esthétique spécifique descentes, je vais aussi vite que je peux, je double et je double. Carole voit Aïolirun qui remonte de Ste Affrique. Petite pause photo, quelques encouragements réciproques et chacun reprend sa route.

A Ste Affrique, sur les conseils d'Aïolirun, je décide de prendre le temps de me faire masser les gambettes. Mais il y a trop de monde pour attendre. Ce sera un massage vite fait par moi, changement de chaussettes, de la crème Nok, une soupe encore et on repart. Mais dans ma tête, ça va beaucoup mieux, car là, on retourne sur Millau. Et donc, la montée de Tiergues du retour (7,45 km à 3,6 %). Rien que le fait de croiser les autres coureurs qui vont vers Ste Affrique me donne la patate. Ils ne sont pas arrivés pfiou. En plus, je continue à doubler des coureurs dans la côte, très très bon tout ça.

Il y a un moment que la chaleur n'est plus un handicap, la nuit est même tombée et en haut de la côte de Tiergues, au ravito, on met nos frontales. Je troque mon débardeur pour un tee-shirt à manches courtes, car ça s'est bien refroidit, avec la musique de France Gall « débranches ». Petit début de streap tease dans l'indifférence générale, du coup on repart :)

Descente vers St Rome de Cernon, 4km le plus rapidement possible, puisque ça va. Je commence à sentir un léger échauffement sous un pied, mais c'est gérable. Je sais que le ravito est en bas et j'ai hâte de lever le pied un peu et revenir à mon rythme de mémère. Comme je marche tout le temps dans les côtes, faut bien essayer de mettre le turbo dans les descentes.

Passé St Rome de Cernon, petit trot jusqu'à la prochaine côte. Bizarre, Carole et moi avons du mal à nous rappeler de ce passage à l'aller. Je ne cause plus beaucoup, Carole me parle, je réponds, mais on ne peut pas dire que j'ai beaucoup de conversation.
Et voilà une autre côte après St Georges de Luzençon, où je discute un peu avec un coureur de Paris. Il marche vite, je l'accroche et on monte cette côte avec la vue sur le viaduc éclairé. Elle est pas mal longue cette côte et difficile de courir, enfin pour moi.

Et après la côte, ben, la descente de Raujolles, où je fonce, enfin, je vais plus vite que dans les montées. 95Km bouclés, j'en ai marre, je m'arrête au dernier ravito du 96ème km je crois, mais je ne traîne pas.

La fin se fera en petit footing, sauf à un moment, où je marche un peu, j'en veux plus. Et puis, passé le 99ème km, rebelote, je me remets à marcher. Carole m'encourage à recourir, demande au public de me motiver à repartir et ça marche. Je recours sur les 500 derniers mètres.
J'arrive dans le parc de la Victoire, la dernière petite côte avant l'arrivée. Je ne m'arrête pas, sous les encouragements de Carole. Yes, je l'ai fait. 100km…101.5km à mon Suunto. Et dans le temps que je m'étais fixé (bon, faut dire que je m'étais laissée une marge d'une heure).

Bilan de cette course :
- L’organisation est au top, les bénévoles aux petits soins, le public est présent le long du parcours et encourage beaucoup (mais nettement moins nombreux que sur le Comrades, y’a pas photo)
- la gestion du Comrades marathon m'a bien aidé pour ce 100km, même si les profils ne sont pas les mêmes ; à Millau, c'est une côte suivie d'une descente ; pour le Comrades, ça montait pratiquement tout le temps, même en-dehors des Big Five.
- je ne suis pas trop fan de l'aller-retour Millau-Ste Affrique, car on connaît les difficultés du retour ; parallèlement, quand je revenais sur Millau, ça me donnait pas mal d'énergie de voir les autres coureurs qui allaient vers Ste Affrique (pas bien je sais ;) )
- je manquais d'entrainements pour les côtes, à retenter en étant plus affûtée à ce niveau-là
- je participerais bien à un autre 100km, mais plus plat, pour voir comment ça fait
- côté bobos : une ampoule sous le pied gauche, une ampoule sous un ongle d'orteil et une ampoule à un autre orteil – bref, deux ongles qui vont voler

Pour finir ce cr, un immense merci à Carole pour son accompagnement, ça m'a beaucoup aidé. Je suis certaine que la course n'aurait pas été la même sans ta présence.

Classement : 617ème/1274 – 18ème V2/79









"

Liens Relatifs
marino
1183
2011/05/08
  59Marathons courus

 CALAccès au Calendrier PROAccès au Profil

+42_100 Km de Millau
  • website officiel

  • Liste des récits +42_100 Km de Millau


  • Son Forum sur Courir le Monde

    L'Article le plus lu à propos de +42_100 Km de Millau :
  • 100km Millau: Voici le plat de résistance.

    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 



  • "les Récits : 100km de Millau : Mon 1er 100km" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire
    Seuil

    Les Commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

     




    Publiez votre article | Contactez-nous
    Administration
    © 2003-2012 n° 35475 | CNIL n° 896096