2 minutes reading time (488 words)

Marathon International du Beaujolais du 17/11/2018 - le mystère du dossard 100

Quel magnifique week-end, je suis encore sur mon petit nuage smile Pour la petite histoire, l’idée de boucler mon 100ème marathon au Marathon International du Beaujolais était décidée depuis un bon moment, restait à voir quelle année. J’envisageais plutôt 2019, mais vu le nombre de marathons courus en 2017, 2018 sera donc l’année du 100ème. Cette année est donc la seule et unique année où j’ai dû compter les marathons pour arriver pile à 100 au MIB. Et forcément, entre la théorie et la vraie vie, cela n’a pas été aussi simple. Le chemin a été parsemé de petites embûches avec lesquelles j’ai composé pour cet unique objectif de l’année. Pour ce moment unique, l’organisation m’avait assuré le dossard 100, sauf que personne ne l’a trouvé au retrait des dossards mdr (sûrement un fan qui a piqué le dossard). Plan B, j’aurais le dossard 88 élite à mettre dans le dos + un dossard « je cours mon 100ème » devant. 3 autres néo-centenaires également pour cette édition du MIB : Philippe Thuret, Thando Dube et Bruno Séchet. Et beaucoup d’amis présents pour nous aider à franchir ce cap.

Le parcours est toujours un peu casse-pattes, heureusement je repose mes jambes régulièrement, en faisant honneur à toutes les dégustations, officielles et sauvages laughing

Quelques heures plus tard pendant lesquelles je retrouve certains du groupe, avant de les perdre, puis d’en retrouver d’autres, puis de les reperdre et d’en retrouver etc etc etc… le 41ème km est là avec la délicieuse viande cuite sur plancha. Philippe est déjà là et tout un grupetto. Je pensais passer un peu de temps à cet endroit, mais il faut y aller me dit-on lol. Ah ok, mais j’ai des soucis avec ma robe qui part en lambeaux, ma perruque qui cherche à faire une fugue, je réajuste un peu le tout et en route pour l’arrivée. Evidemment, j’ai dû m’arrêter 2-3 fois, la dentelle de la robe se prenant dans les chaussures. Ce serait bête de chuter maintenant, surtout que je suis repérée. Mais qu’il est long ce dernier kilomètre, ça court trop vite là.

 Une très belle arrivée avec Philippe et un grand grupetto, un grand moment, tip-top.

 Un immense merci à chacun d’entre vous pour votre présence, votre générosité, vous êtes formidables. Merci également aux personnes qui ne pouvaient pas être présentes physiquement, mais bien là en pensée. Et bien sûr, merci à l’organisation du Marathon International du Beaujolais et à André Monier qui est aux petits soins pour les centenaires.

Pour en terminer avec le mystère du dossard 100, je vois en regardant les résultats du marathon que le dossard 88 n’est pas classé. Mince, ai-je bien franchi la ligne d’arrivée avec Philippe et tout le groupe ou ai-je rêvé ? Heureusement, Xavier l’a comptabilisé oufffff cool Et maintenant que la période des comptages est terminée, je vais pouvoir courir un peu (tongue-out), aller découvrir d'autres formats de course, d'autres activités.

 

Le jour où la chrysalide a éclos
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
mardi 22 janvier 2019