4 minutes reading time (890 words)

Mon 5e Marathon à Prague

10-au-32e

Samedi 04 mai 2019 départ en avion avec mon mari Hervé direction Prague pour courir la 25e édition du marathon, accompagnés par Elizabeth notre agence de voyages sportifs ‘’Sportifs à Bord’’ à qui nous faisons confiance depuis des années.

 

Nous déposons nos bagages à l’hôtel toujours très bien situé à proximité du départ et de l’arrivée de la course et prenons la direction du salon du Running pour y récupérer nos dossards. Cette année, les organisateurs ont prévu de très beaux cadeaux pour les coureurs pour célébrer cette date anniversaire, un t shirt et une veste technique.

 

Dimanche matin départ de l’hôtel après la photo de famille habituelle des coureurs de notre groupe. L’entrée dans les SAS est très fluide, aucune bousculade et le temps est bien meilleur que la veille où la pluie nous avait accompagnée. Les rayons du soleil alternent avec quelques nuages mais le vent est froid.

 

Nous attentons le départ et je tremble mais pas de froid, plutôt le stress ! J’essaie de me détendre mais c’est difficile. Hervé est juste à côté de moi mais dans une grande incertitude sur sa capacité à courir après avoir été attaqué par des chiens lors d’un des derniers entraînements.

 

Quelques minutes avant le départ, nous écoutons un extrait de Die Moldau de Smetana qui nous émeut. C’est un beau départ depuis le centre de cette magnifique ville même si les pavés nous accompagnent.

 

Au 3e kilomètre nous traversons le monumental pont Charles ovationnés par les spectateurs. Nous retrouvons à ce moment-là, nos accompagnateurs photographes, mais aussi Hervé qui m’attend. Quelle mauvaise surprise ! Il m’indique qu’il doit abandonner. Un petit bisou, et je continue ma course le cœur lourd. Une petite phrase durant ces 42,195 km m’accompagnera dans ma tête, je dédiais cette course à Hervé et je devais lui montrer que j’étais capable du mieux que je pouvais. Dans les moments plus difficiles j’ai tenu grâce à ça. Les coureurs qui passaient à côté de moi devaient se demander pourquoi je parlais ainsi toute seule !

 

Dès le 10e km, de petites montées régulières et des faux plats jalonnent le parcours. Cela me perturbe un peu puisque le tracé est composé de plusieurs boucles ce qui nous obligera à repasser aux mêmes endroits … !. C’est à ce moment-là que je dis à Chantal qui m’accompagne depuis le départ que j’en garde un peu sous la semelle !

 

Les ravitaillements sont très nombreux tous les 2,5 km et sont bien pourvus ; eau, boissons énergisantes, sucre, sel et divers fruits. Je prends soin de m’arrêter à chacun pour marcher et boire. Je peux ainsi récupérer un peu.

 

Malheureusement, je déplore le comportement peu respectueux des coureurs qui ‘’balancent’’ tout par terre malgré les nombreuses poubelles. Le sol est couvert de gobelets que nous devons enjamber pour ne pas glisser et tomber !

 

Je ressens le vent froid sur certaines portions et je suis bien contente d’avoir conservé mes gants et un maillot chaud sous mon Tshirt.

 

Au 16° kilomètre nous croisons une première fois nos compagnons de voyages ; Patrick, Jean-Claude et Mikaël. Ce dernier m’encourage en me tapant dans la main.

 

Nous longeons souvent la rivière Vltava et les spectateurs nous applaudissent même s’ils ne sont pas très nombreux. Au semi, je fais demi-tour direction le centre-ville à nouveau. Je remarque que mon temps semble honorable.

 

Je me sens bien à l’exception de petites contractures aux doigts de pieds et aux mollets que je ressens en marchant aux ravitaillements. Je m’efforce de ne pas y penser ! Je devais coûte que coûte terminer en beauté ce marathon pour Hervé.

 

Nous retrouvons au 32° km nos accompagnateurs pour une photo ; Pascale, Doudou, Hervé ainsi qu’Elizabeth qui nous encouragent. Après la course, ils me diront qu’ils m’avaient trouvée en forme et que mon temps de course était bon à 10 km de l’arrivée !

 

Vers le 35°, j’entends une voix en français qui arrive à ma hauteur et qui me dit : ‘’Super, mon défi était de vous dépasser’’. Elle passe donc en me parlant sans un regard ni même un encouragement ! Super ! Heureusement que je conserve mon mental car là je n’en suis pas revenue !

 

Aux environs du 39° je cours quelques instants avec deux jeunes françaises mais je les laisse rapidement partir pour ne pas m’épuiser. Je continue ainsi mon petit bonhomme de chemin tout en les apercevant devant moi. Je les vois continuer de courir au dernier ravitaillement. Moi, je m’arrête en me souvenant de la fin du parcours. Quelques hectomètres après, je les retrouve à nouveau. C’est alors que j’accélère pour les rattraper. Je me dis que j’en suis capable. Arrivée à leur hauteur je les entends dire « Elle accélère pour nous doubler ! » me voici à courir à 11km/h ! Ce n’est pas bien me dira Hervé en lui racontant à l’arrivée !

 

Sur les derniers mètres nous retrouvons la vieille ville avec ses pavés, encore ces pavés mais sous les acclamations des nombreux spectateurs. Quelle joie !

 

Une magnifique arrivée que je franchis en 4h35mn. Et quelle surprise en enregistrant ma montre. Je découvre que je viens de battre deux records, celui du semi en 2h14mn et celui du marathon. Et je rate de peu un 3ème record celui du 10 km ! C’est une belle progression alors que je ne cours que depuis 6 ans. Je suis heureuse et je finie 10° de ma catégorie.

Poitiers 2019 – Un sage chrono tu viseras
Givry 2019 – Un meuretthon en famille
 

Commentaires 2

Aïolirun le samedi 18 mai 2019 10:27

Bravo ! Ca sent les futures podiums ça !

Bravo ! Ca sent les futures podiums ça !
Robocop78 le samedi 18 mai 2019 15:17

Bravo pour ce 5ème opus. On sent que tu as vraiment du besoin à courir cette distance que tu maîtrises de mieux en mieux.
Et garde ta bonne humeur. Elle est contagieuse ?

Bravo pour ce 5ème opus. On sent que tu as vraiment du besoin à courir cette distance que tu maîtrises de mieux en mieux. Et garde ta bonne humeur. Elle est contagieuse ?
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
samedi 17 août 2019